twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Abdou Ly DG ARTP : « Nous n’hésiterons pas à couper le signal si cela s’avère nécessaire »

dimanche 3 janvier 2021

Le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes(Artp) reste formel par rapport aux organes de presse qui, jusqu’ici, ne se sont pas acquittés de leurs obligations de redevances de fréquences.

Un avertissement émis

A la question de savoir s’il allait couper le signal des organes qui ne se sont pas acquittés de leurs obligations, il a dit que « Si on doit en arriver là, je demanderai au Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) de m’accompagner dans ce sens, pour l’instant nous n’en sommes pas là. Mais nous n’hésiterons pas à en arriver s’il le faut », a vertement dit le Dg de l’Artp sur les ondes de la Radio futurs médias (Rfm).

L’attitude de certains organes décriée

Le Dg de regretter les comportements des organes de presse nationale qui refusent de payer en avançant des arguments ou prétextes politiques alors qu’il n’est rien de tout cela. « Ce que je ne peux pas comprendre, c’est l’attitude de certains organes.

En réalité, dès que les factures sont émises, certains organes ruent dans les brancards alors qu’il n’est pas du tout le cas. Nous sommes dans le cadre du recouvrement de frais de gestion et de frais de redevance de fréquences qui ont été allouées à ces organes de presse ». Le Dg de marquer son désaccord par rapport à cette situation désobligeante.

Des négociations entreprises

A ce propos, il dira : « Les organes de presse étrangers qui sont chez nous payent couramment. Donc, nous Sénégalais devons payer, faute de quoi nous ne pourrons pas développer notre pays.

Nos organes de presse ne sont pas des philanthropes, ils gagnent de l’argent, donc ils doivent s’acquitter de leurs obligations ». Toutefois, le Dg a précisé qu’« à ce jour, très peu d’organes de presse sont en règle ». Par rapport à l’effectivité de la mesure, il précise que certains organes ont entrepris des négociations avec l’Artp pour trouver des terrains d’entente ou des accompagnements au regard de la situation économique actuelle.

Seules 131 fréquences en service sur 521 autorisées

Déplorant la non mise en service des fréquences autorisées, le Dg fera remarquer que depuis le mois de novembre dernier, un contrôle de l’ensemble des stations FM, notamment établies sur l’étendue du territoire national a été engagé. Selon lui : « Sur les 521 organes autorisés, seules 131 fréquences sont mises en service.

Ce qui correspond à un taux d’utilisation de fréquence à environ 74 à 75%. Ce qui constitue un gros problème pour nous ». Car, souligne-t-il : « Il y a beaucoup de projets structurés en attente d’allocation de fréquence pour pouvoir travailler.

En revanche, il y a beaucoup d’individus ou entreprises qui détiennent des fréquences par devers eux ou elles et qui ne les utilisent pas ». Donc, « les radios diffuseurs concernées ont été mises demeure dans un délai d’un mois et les fréquences non utilisées seront retirées d’exploitation à un délai d’un mois », a-t-il sommé.

A noter que le groupe D. Média, qui doit plus d’1 milliard, n’est que la partie visible de l’iceberg, informait Libération dans son édition du 31 décembre.

Les mauvais élèves

Selon le journal, un premier lot de commandements, datés du 21 décembre 2020, a été envoyé par l’agent comptable particulier de l’Artp à des éditeurs. Sont concernés : Futurs médias (194 271 256 francs CFA), Vibe radio (9 170 068 francs CFA), Sud communication (34 763 616 francs CFA) et Walf (168 740 248 francs CFA). Ces médias étaient sommés de payer sous huitaine, renseigne le journal.

(Source : Senbaat, 3 janvier 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)