twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Abdou Diouf au symposium sur les TIC au service de l’éducation : « La faiblesse des offres nationales en matière de ressources numériques expose la plupart de nos pays »

vendredi 27 juin 2008

La Tunisie abrite depuis hier un symposium de haut niveau sur le thème : « Les TIC au service de l’éducation ». Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie a ouvert le symposium en présence de Mohamed Ghannouchi, Premier ministre tunisien et des ministres francophones en charge des TIC et de l’éducation. Moustapha Sourang y représente le Sénégal. Le ministre sénégalais présider ce matin l’atelier : « Quelles perspectives pour un meilleur usage des TIC au service de l’éducation ».

« Le temps est venu de voir l’apport des technologies de l’information et de la communication renouveler les approches pédagogiques, les démarches didactiques, la diffusion et l’assimilation des savoirs et des savoir-faire » a plaidé hier Abdou Diouf devant près de 200 experts et ministres francophones à l’ouverture du Symposium qui se poursuit aujourd’hui. Cette manifestation s’inscrit dans le prolongement des travaux du Sommet mondial sur la société de l’information dont la Tunisie avait été l’hôte en 2005, après la première phase tenue en 2003 en Suisse.

L’ancien Président du Sénégal a expliqué la nécessité de l’adaptation de l’école africaine et celle des pays de l’espace francophone dans un monde changent. Pour le Secrétaire général de la Francophonie : « La faiblesse des offres nationales en matière de ressources numériques expose la plupart de nos pays à une offre de contenus et de services mal adaptés aux besoins de leurs systèmes éducatifs parce que conçus et diffusés par des opérateurs extérieurs prioritairement sinon exclusivement soucieux de prendre des parts sur « le marché international de l’éducation. ».

Autant de défis qui rappellent l’urgence de mettre en œuvre les décisions prises le 23 mai 2008 à l’initiative de la Communauté française de Belgique pour qu’une action volontaire soit entreprise pour maintenir un service public d’éducation équitable et de qualité et veiller à ce que les services privés agréés par l’autorité publique répondent aux mêmes objectifs.

Cependant poursuivant sa forte plaidoirie, Abdou Diouf reconnaît que rien ne se fera sans une réelle motivation des enseignants et une vraie volonté de démocratiser l’accès au savoir. « Les espoirs fondés que nous plaçons dans les techniques de l’information et de la communication ne sauraient nous dédouaner de notre responsabilité et de notre devoir de solidarité pour que s’érigent des murs d’école là où ils font défaut, pour que soient formés en nombre suffisant les enseignants et qu’ils soient convenablement rétribués, pour que l’obligation de scolarité soit partout respectée, pour que continue à exister le livre, pour que soient disponibles les infrastructures de première nécessité, pour que soit démocratisé l’accès à l’internet ».

Le Symposium qui sera clôturé ce soir par le premier ministre tunisien essaie d’apporter des réponses à de nombreuses questions. Comment appréhender et intégrer les pratiques pédagogiques fondées sur l’usage du numérique dans l’univers scolaire ?

Comment éviter que les enseignants soient en situation de déstabilisation devant un environnement technique rapidement évolutif et des attentes nouvelles de l’encadrement et des élèves ?

L’école doit-elle donner à tous les élèves les instruments intellectuels et sociaux de la maîtrise des usages de ces outils, incluant un regard critique nécessaire vis à vis de la multiplicité des informations qu’ils véhiculent ?

Autant de questions rappelées par Abdou Diouf dans son discours d’ouverture et dont les réponses serviront de recommandations pour la prochaine programmation quadriennale dans les domaines de l’éducation et des technologies.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye (ContinentPremier.Com)

(Source : Sud Quotidien, 27 juin 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)