twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

ART : bien mais doit faire plus

dimanche 30 novembre 2003

Dans le courant du mois de novembre 2003, l’Agence de régulation des télécommunications (ART) s’est signalée en poussant un coup de gueule dans lequel elle s’est inquiétée de la « dégradation de la qualité de service de la téléphonie mobile en particulier dans l’agglomération dakaroise ». Cette prise de position, qui intervient peu après son entrée en scène dans la mini-crise soulevée par la décision de la Sonatel Mobiles de faire payer son service de SMS jusque là gratuit et le lancement d’un appel d’offres destiné à acquérir l’équipement technique nécessaire à l’accomplissement de sa mission, atteste de l’opérationnalité progressive de l’ART qui fêtera ses deux années d’existence en janvier 2004. Cela étant, compte tenu des enjeux liés au développement du secteur des télécommunications d’une part et de la situation de quasi monopole qui voit la Sonatel imposer ses services, ses tarifs et ses pratiques souvent peu orthodoxes aux particuliers, aux entreprises comme aux autres opérateurs du secteur, il est temps que l’ART passe à la vitesse supérieure. En effet, le climat relativement malsain dans lequel vit actuellement le secteur a eu entre autres conséquences la disparition de plusieurs fournisseurs de services Internet et l’apparition d’un quasi monopole de fait au profit de la Sonatel Multimédia dans un créneau pourtant soumis au régime de la libre concurrence ; la faillite de plusieurs promoteurs de téléservices ; l’arrêt de l’activité des opérateurs de terminaison d’appel, le renoncement de gros investisseurs étrangers qui avaient projeté de s’installer au Sénégal ; l’imposition de conditions léonines aux exploitants de télécentres ou encore la fourniture de liaisons spécialisées de piètre qualité à des clients n’ayant pas d’autre choix que de se les procurer auprès de la Sonatel. Si l’ART veut gagner en crédibilité et surtout contribuer à l’assainissement de l’environnement des télécommunications, elle doit désormais jouer pleinement son rôle de garant de l’intérêt collectif, de protecteur des consommateurs et d’arbitre veillant au strict respect d’une saine et loyale concurrence entre les acteurs économiques.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)