twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

AMRTP : Nécessité de moraliser les recrutements en cours

samedi 16 avril 2022

L’Autorité malienne de Régulation des Télécommunications et des Postes (AMRTP) a lancé un appel à candidature pour recruter sa nouvelle direction. Le hic est que la plupart des postulants sont des directeurs techniques des opérateurs de télécommunication au Mali. Ce qui est contraire à l’esprit de la régulation.

L’AMRTP est l’arbitre du jeu entre les opérateurs de télécommunication, mais également entre ces opérateurs et les consommateurs. Son rôle est de livrer des licences télécom aux différents opérateurs au nom de l’Etat, de s’assurer de la bonne application du cahier de charge. Elle entérine les prix, homologue les équipements et s’occupe de l’accès universel. C’est elle l’arbitre du secteur. L’AMRTP régule et sanctionne.

Pour ce faire, l’AMPRT est dirigée par un conseil de 5 membres dont un juriste, un économiste, un informaticien, un spécialiste en télécom et un autre en poste. Ce sont ces 5 membres qui prennent les décisions de régulations.

A ce jour, deux postes sont vacants (chargé d’affaires économiques et celui des télécoms). Un appel à candidature a été lancé. Selon les informations, plus de 16 directeurs techniques répartis entre les deux grands opérateurs économiques en télécommunication au Mali ont postulé.

Or, dans son rôle d’arbitre, l’AMRTP doit rester à équidistance des opérateurs. Recruter un ressortissant d’une société de télécommunication ne risque-t-il pas déjà de fausser les règles du jeu ? « La loi le dit clairement, quand on quitte l’AMRTP, on a une période de 2 ans pour s’occuper des problèmes de télécommunication au Mali. On ne peut pas s’occuper des questions de télécommunication pendant 2 ans ». Cela doit être valable pour le recrutement. « On ne peut pas quitter un opérateur et atterrir chez un régulateur. Il faut un temps pour éviter d’être juge et partie. Ce sont des actes qui peuvent avoir des préjudices sur la gestion des conflits ».

Un opérateur de télécommunication reconnaît que cela peut entraîner une confusion des rôles. Pour lui, la régulation est une question de texte. Une question juridique. « Elle n’est pas que technique. Le chef doit être quelqu’un qui est à cheval sur les législations sur les télécommunications et les questions d’arbitrage », a-t-il ajouté.

Parmi les deux postes qui sont ouverts, chargé des postes de télécommunication et le chargé des affaires économiques, « celui qui va être le chargé des télécoms a probablement mille chances d’être aussi le prochain directeur général de l’AMRTP en remplacement de l’actuel directeur dont la retraite n’est plus loin ». « Si nous ne prenons garde avec le remplacement du chargé des télécommunications et du chargé des affaires économiques, actuellement ouverts à candidatures, on va au-devant d’un nouveau scandale ».

Koureichy Cissé

(Source : Malijet, 16 avril 2022)

Post-Scriptum

Cet article a été publié dans le cadre du projet Kenekanko. La dénonciation a été faite auprès de notre journaliste dans cette dynamique. Kenekanko est une plateforme de lutte contre la corruption et la délinquance financière, mise en place par la fondation Tuwindi en partenariat avec l’Union européenne, Amnesty international, Free-Press et OCCIPRE.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)