twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

ADSL : La Banque mondiale tance l’ANRT et accuse Maroc Télécom de freiner la croissance du marché

vendredi 23 août 2019

Le dernier rapport de la Société Financière Internationale (SFI) sur le secteur privé marocain dresse un diagnostic sans appel de la situation de la concurrence. Les experts de la filiale de la Banque Mondiale mettent en garde contre les effets néfastes du monopole de Maroc Telecom sur l’ADSL.

« Les réglementations qui semblent protéger les opérateurs historiques peuvent fausser les marchés et avoir des répercussions critiques sur l’ensemble de l’économie ». Cette phrase extraite du dernier rapport de la Société Financière Internationale (une institution du Groupe Banque Mondiale), intitulé « Diagnostic du secteur privé », sonne comme un désaveu pour le régulateur du secteur des télécoms au Maroc.

Deux mois après la sortie d’un rapport accablant de la Cour des Comptes sur les services en ligne, c’est désormais au tour de la Banque Mondiale de tirer, une nouvelle fois, la sonnette d’alarme, estimant que le Maroc a pris du retard et peine toujours à combler la fracture numérique.

« Bien que dix ans se soient écoulés et que plusieurs décisions aient été prises, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) n’a pas procédé au dégroupage de la boucle locale », note le rapport de la SFI, qui accuse nommément l’opérateur historique, Maroc Telecom, en précisant qu’il « détient toujours plus de 99% du marché de l’ADSL (haut débit fixe) ».

La Banque Mondiale rappelle au passage que ce retard pris dans le déploiement de la réglementation encadrant le partage des infrastructures (dit « dégroupage ») a poussé l’un des opérateurs, inwi, en l’occurrence, à déposer début 2018 une plainte contre Maroc Telecom pour l’obtention de dommages et intérêts à hauteur de 620 millions de dollars (soit l’équivalent de 5,7 milliards de dirhams).

L’absence de concurrence, conjuguée à l’indifférence totale et inexpliquée de l’ANRT, a eu pour effet de freiner le développement d’un secteur vital pour l’économie du pays.

« Le taux de croissance du secteur des TIC a cependant ralenti au Maroc, qui a pris du retard par rapport aux pays qu’il considère comme concurrents dans ce domaine, notamment en termes de pénétration du haut débit (…). Le marché du haut débit au Maroc reste limité aux principaux centres urbains et routes du pays, aggravant la fracture numérique. Le taux de pénétration du haut débit est l’un des plus faibles de la région MENA (17,5 % des ménages pour le haut débit fixe et 41 % de la population pour le haut débit mobile en 2015, alors que la moyenne régionale en 2015 était respectivement de 41 et 85 pour cent), et est considérablement inférieur à celui de certains pays d’Europe de l’Est, où les taux sont proches de 50% pour le fixe et 100% pour le mobile », indique la SFI dans son rapport.

Aux yeux de la Banque Mondiale, la forte dépendance à l’égard du réseau mobile nuit à l’expansion de l’Internet haut débit et à l’adoption du numérique.

Chiffres à l’appui : le taux de pénétration du mobile (nombre de cartes SIM rapporté à la population) ayant atteint 128%, le marché devient saturé. Cette situation, poursuit la même source, s’est traduite par une baisse des prix et des revenus des opérateurs, fragilisant en conséquence leur modèle économique fortement dépendant de la téléphonie mobile. Environ 70% du chiffre d’affaires de Maroc Telecom, voire la quasi-totalité de celui de Méditel et d’Inwi, proviennent des infrastructures de réseaux mobiles.

Est-ce que le diagnostic inquiétant de la Banque Mondiale sur le monopole exercé par Maroc Telecom sur le réseau cuivre va pousser Abdeslam Ahizoune, l’inamovible patron de l’opérateur historique, à privilégier l’émergence d’un secteur clef pour le développement du pays à des profils partisans ?

Eu égard à son obstination à refuser l’accès aux autres opérateurs du réseau cuivré dont il a hérité de l’Etat, en dépit du projet de loi 121-12 modifiant et complétant la loi sur les télécoms, pourtant approuvée en conseil des ministres en 2014, prévoyant des pénalités dissuasives, peu de chance que ce cri d’alarme de la Banque Mondiale soit entendu.

Le Maroc, qui avait jadis fait partie du peloton de tête au moment de la libéralisation du secteur des télécoms, prend désormais de plus en plus de retard dans un domaine qui est pourtant un élément constitutif de la société de demain.

Il est à craindre que le retard accumulé en raison de l’obstination de Maroc Telecom à maintenir un monopole sur le fixe, et l’abdication manifeste de l’ANRT de la mission pour laquelle elle a été créée, ne creusent davantage le fossé qui sépare le Maroc des pays émergents.

Wadie El Mouden

(Source : Le 360, 23 août 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)