twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A la recherche du discours de nouvel an…

vendredi 9 janvier 2004

Quand, le 1er janvier dans l’après-midi, j’ai ouvert le site portail du gouvernement (www.gouv.sn) en quête du texte intégral du discours de nouvel an du président de la république, je me suis rendu compte, avec étonnement, qu’il n’y figurait pas. J’ai d’abord cherché dans la rubrique « Actualités » au lien « Quoi de neuf ». La dernière « nouveauté » disponible datait d’août 2003.

Apparemment, depuis quatre mois, il n’y avait rien eu de nouveau digne de figurer sur le site gouvernemental puisque c’est le communiqué du remaniement ministériel du 28 août 2003 qui en constituait la dernière actualité… J’ai tout de même poursuivi mes recherches, cette fois dans la rubrique « Président de la république » en lançant un ouf à la vue du lien « les discours du président de la République ». J’ai cliqué sur ce lien et que croyez-vous qu’il arrivât ? Le dernier discours de cette rubrique datait du 9 avril 2003 - ça fait huit mois - et concernait la conférence de Me Abdoulaye Wade à Sciences Po de Paris sur « le Nepad entre doute et espoir »… Même son intervention à Genève sur la solidarité numérique n’avait pas l’honneur d’y être. A ce stade, on se pose quand même des questions. Si l’on n’arrive pas à alimenter un simple site portail, en mettant à la disposition du public les dernières informations, les derniers discours, les derniers décrets, les derniers numéros du « Quotidien de la République » publié par la présidence, etc., pourra-t-on vraiment tirer parti du futur intranet gouvernemental dont le président de la République a vanté, dans son discours de nouvel an, les bienfaits futurs pour l’action gouvernementale et dont les travaux de génie civil ont débuté cette semaine ? (Voir encadré). Passons d’ailleurs sur l’histoire de cet intranet, devenu une Arlésienne puisque son concept originel, né sous le régime précédent (le fameux Réseau administratif de communication voix et données - RACVD)), date bien d’une quinzaine d’années. Plusieurs fois annoncé par l’ancien et le nouveau régimes, il n’a toujours pas vu le jour. On espère que cette fois-ci sera la bonne, le président de la République ayant annoncé que « ses réalisations seront en parties visibles dès le premier semestre de 2004 ». En fait, dès la fin du premier trimestre de 2004, ou au début du deuxième trimestre, les premières connexions devraient se concrétiser car les travaux vont aller relativement vite, l’entreprise chargée de les effectuer ayant décidé, en accord avec les maîtres d’œuvre, notamment la Direction informatique de l’Etat, de travailler essentiellement de nuit.

Cet e-gouvernement, a dit le président, l’Etat va « moderniser l’appareil administratif (…), l’installer au cœur des Nouvelles technologies de l’information qui exigent de la vitesse et de la précision dans l’exécution des tâches et l’interaction des structures ». Il va aussi « offrir aux usagers, personnes physiques ou morales, un bouquet de services sur toute l’étendue du territoire national et, au-delà, avec nos représentations diplomatiques, et améliorer l’efficacité de l’administration en réduisant considérablement les détails de traitement des dossiers et le coût des communications ».

Le questionnement qui pointe ici, c’est l’effectivité de l’usage productif de cette réalisation qui s’annonce. Car, malheureusement, au Sénégal, l’informatisation ne permet pas toujours - alors que c’est sa finalité - d’améliorer le travail, de produire mieux, davantage et en réduisant les délais. Un discours du président qui n’est pas mis en ligne dans le site gouvernemental dont l’une des rubriques est censée stocker ses discours, on ne peut pas dire que c’est chose normale. Même si l’Agence de presse sénégalaise a publié dans son site l’intégralité du texte le 31 décembre dès à 22h34, sa présence sur le site officiel du gouvernement nous paraissait nécessaire pour un accès encore plus large. Il s’agit pourtant là d’actes que l’on peut faire maintenant et tout de suite, sans attendre, avec la technologie que l’on a. Et si on ne les fait pas, difficile de croire que le projet d’intranet gouvernemental va subitement changer le cours des choses dans le sens de la qualité du service de l’Etat. Parce que, tout simplement, les mêmes habitudes, entre autres celle de pas actualiser les contenus, risquent de se poursuivre en dépit de la sophistication du futur intranet.

L’Internet (et l’intranet, qui est un internet réduit), c’est au fond la rencontre de deux réseaux. D’une part, celui constitué par les ordinateurs, les modems, les lignes téléphoniques, les fils - et les logiciels qui les gèrent - et, par ailleurs, celui formé par les hommes et les femmes qui, derrière, font fonctionner tout cela en communiquant effectivement, en échangeant des informations, en créant des contenus, en mettant leurs données à jour, en créant des services, en répondant aux sollicitations, en traitant les dossiers avec diligence, etc., tout en profitant de la rapidité et de l’ubiquité du réseau. Si l’un des réseaux ne fonctionne pas (le réseau technique ou le réseau humain), il n’y aura ni intranet, ni e-gouvernement efficaces. Il faudra y penser dès maintenant.

Cheikh Alioune Jaw

(Source : Le Nouvel horizon, 9 décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)