twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A l’exception du DG de MTL, Ndongo Diaw et Cie placés sous mandat de dépôt

mardi 3 juillet 2012

L’ancien Directeur général de l’Agence de régulation des Télécommunications et des Postes, Ndongo Diaw et Cie ont passé hier leur première nuit à Rebeuss. Ils ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt.

A l’exception du patron de Magal Holding Trade Limited (Mtl), Moustapha Yacine Guèye, qui a été libéré, l’ancien Directeur général de l’Agence de régulation des Télécommunications et des Postes (Artp) Ndongo Diaw, le comptable de ladite société Mamadou Yaké Bâ et le Directeur financier Léon Sagna, ont été inculpés hier et placés sous mandats de dépôt par le doyen des juges. Les chefs d’inculpation sont les délits de détournement de deniers publics portant sur 1 milliards 800 mille francs, de concussion, de corruption passive et de faux et usage de faux en écritures privées authentiques.

Arrivés à la cave vers neuf heures le matin, l’ex Dg de l’Artp, le comptable, le directeur financier et le patron de Mtl ont été présentés au procureur peu avant onze heures. A seize heures, M. Diaw et M. Guèye ont été fixés sur leur sort. Le premier est ramené à la cave et le second libéré tandis que les autres qui attendaient sagement leur tour ne seront inculpés que vers dix-sept heures. Ndongo Diaw, habillé d’un boubou bazin bleu, et ses co-inculpés seront embarqués vers dix-huit heures et demie à bord du minibus des services pénitentiaires à destination de Rebeuss. Cela, sous les yeux de leurs proches (frères, sœurs, épouses et amis) qui ont versés de chaudes larmes.

Les conseils de Mamadou Yaké Bâ, Mes Ndéné Ndiaye, Mamadou Guèye Mbow et Seyni Mbodj, n’ont pas manqué de dénoncer la mise sous mandat de dépôt de leur client. Selon eux, c’est une injustice qui ne dit pas son nom. Ces derniers ne peuvent pas concevoir que celui qui a bénéficié de cet argent (un milliard 800 mille francs) soit libéré. A les en croire, il s’agit là « d’ une justice à deux vitesses ». Et, c’est une main invisible qui serait, disent-ils, à l’origine de la libération du boss de Mtl. « Avec le Président Macky Sall, nous avions pensé que c’était la fin de l’injustice. Mais, on rend compte qu’elle continue de plus belle », ont-ils en outre dénoncé. Il est reproché à l’ancien Dg de l’Artp, Ndongo Diaw et à Léon Sagna (le responsable financier), des malversations financières portant sur l’opération d’achat d’un immeuble à trois milliards 500 mille francs auprès de la société Tse, dirigée par Cheikh Amar. En plus de ce grief, on reproche à M. Diaw un contrat d’assistance avec Mtl appartenant à Moustapha Yacine Guèye et portant sur une transaction d’un milliard 800 francs. Une somme perçue comme un surplus, voire un trop perçu au profit de la société Mtl qui a encaissé trois milliards 700 mille francs. Alors qu’elle ne devait percevoir qu’un milliard et quelques. Le comptable Mamadou Yaké Bâ est cité dans cette transaction pour avoir encaissé cet argent, dit-t-on, de manière irrégulière. Pour l’accusation, les mis en cause auraient aidé le patron de Mtl à s’enrichir indûment. L’ancien Dg de l’Artp avait proposé en garantie une villa d’une valeur de 135 millions de francs. Mais cette proposition n’a pas été acceptée par le juge d’instruction qui a l’a trouvée insuffisante. A cela s’ajoutent les charges qui pèsent sur lui. Ce qui a valu à Ndongo Diaw son séjour à Rebeuss.

Papa Massar Sow

(Source : Direct, 3 juillet 2012)

Post-Scriptum

Les dessous d’une libération

La libération du patron de Magal Holding Trade Limited (Mtl), Moustapha Yacine Guèye, qui aurait perçu le surplus est sur toutes les lèvres. D’après une source proche du dossier, c’est le réquisitoire introductif du parquet, saisissant le juge d’instruction, qui l’a mis hors de cause. Son nom n’apparaît nulle part. C’est tout juste un X qui serait mentionné et qui serait poursuivi pour escroquerie et corruption active, entre autres. Ce qui a étonné les parties concernés et même le juge d’instruction en charge du dossier, nous confie-t-on. Selon notre source, tout le monde sait à qui renvoie ce X puisque le bénéficiaire de la transaction immobilière est connu et identifié. S’interrogeant sur les motivations du Parquet, la source reste évasive.

Papa M. Sow

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)