twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

3 questions à Minette Libom Li Likeng à l’issue de la Conférence de l’UIT au Cameroun

vendredi 1er juin 2018

« Nous avons convenu que chaque pays va porter une thématique particulière qui a trait au développement de l’économie numérique dans la sous-région », a déclaré la ministre des postes et télécommunications, Minette Libom Li Likeng, à l’issue de la conférence africaine sur le développement de l’économie numérique organisée au Cameroun par l’UIT.

Quelles sont les résolutions prises à l’issue de la conférence en vue de garantir un développement efficace de l’économie numérique en Afrique centrale ?

Après l’état des lieux qui a été fait où chacun peut voir les retards qu’il a par rapport à son voisin, nous avons au terme de cette conférence convenu de nous tenir par la main. Voilà pourquoi nous voulons créer une rupture dans le mode de fonctionnement de la sous-région parce qu’elle est toujours à la traîne. Surtout quand nous attendons que les décisions viennent des instances faîtières qui font face à des difficultés. Mais l’économie numérique ne s’accommode pas des démarches administratives.

Quelles stratégies comptez-vous mettre en œuvre à cet effet ?

Nous avons convenu que chaque pays va porter une thématique particulière qui a trait au développement de l’économie numérique dans la sous-région. La Guinée équatoriale par exemple, va nous rappeler les problèmes de roaming. Le Tchad, quant à lui, va s’occuper de la fibre optique, et la République centrafricaine qui partage la frontière avec plusieurs pays va gérer les questions liées aux fréquences avec les problèmes de brouillage que cela comporte. Nous pensons qu’avec ces mesures nous allons faire des avancées. Au vue de la qualité des échanges qui ont ponctué cette conférence, des propositions et des recommandations de haut niveau que l’UIT a mobilisé, nous avons chacun des feuilles de route.

Qu’adviendra-t-il des pays qui ne mettront pas en exécution ces feuilles de route ?

Il n’y a aucune disposition particulière. L’économie numérique est un chemin irréversible. C’est la voie qui est ouverte au pays africains pour pouvoir accélérer leur croissance et de résoudre le problème de chômage. Si vous allez faire lettre morte c’est votre affaire car, l’UIT qui est la structure faîtière des télécommunications a réuni six pays d’Afrique centrale au Cameroun pour qu’on puisse justement examiner les problèmes que les uns et les autres rencontrent et leur proposer les meilleures solutions pour avancer ensemble. Le Cameroun pour sa part a résolu de les mettre en application. Il revient à chaque pays d’en faire autant.

Retranscrit sur M.F/CT par Jean-Claude Noubissié

(Source : CIO Mag, 1er juin 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)