twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

125 Milliards " versés " par une autre entreprise de télécommunication : Grosses manœuvres pour chasser Tigo

mardi 4 novembre 2008

Trente-cinq milliards de plus que la Sudatel qui avait déboursé 90 milliards pour obtenir la troisième licence de téléphonie au Sénégal ! C’est la somme qu’une autre société de télécommunication a mise sur la table, pour hériter de la licence que la Sentel (propriétaire de la marque Tigo) pourrait bientôt perdre. Tout est allé très vite hier au palais où, à l’issue d’une rencontre entre le président de la République et ses conseillers en Ntic, la décision a été prise de mettre fin à la licence exploitée jusqu’ici par la filiale de la Millicom International Cellular (Mic). Toutefois, les carottes semblent ne pas être totalement cuites pour Tigo qui a décidé de consentir un ultime sacrifice, pour conserver ses deux millions de clients.

La rupture est désormais consommée entre l’Etat du Sénégal et la Sentel dont la marque (Tigo) était devenue la deuxième « société » de téléphonie mobile au Sénégal, après Orange, marque de sa grande concurrente, la Sonatel. Dans un communiqué diffusé hier par le très officiel site d’information Aps, le gouvernement du Sénégal affirme avoir décidé d’engager « une procédure judiciaire pour faire constater qu’il a été mis fin régulièrement et pour des motifs valables à la licence concédée, en 1998, à Sentel ». Toujours dans ledit communiqué, il est dit que le texte a été rendu public le jour même où le gouvernement a publié dans le journal officiel le décret n°2001-23 du 17 janvier 2001 confirmant la révocation de la concession de télécommunications accordée à Sentel. La mesure a été notifiée par huissier à la société des télécommunications, le 29 septembre 2000... En clair, les pourparlers et autres conciliabules pour éviter le clash entre le gouvernement du Sénégal et Mic n’ont rien donné. L’Etat est resté intraitable, d’autres diront qu’il a réussi son opération de chantage. Et à l’arrivée, l’entreprise de téléphonie n’a pas pu sauver la mise. Malgré sa volonté de verser cash 10 milliards de francs dans les caisses de l’Etat (d’autres sources avancent un montant beaucoup plus élevé).

125 milliards pour faire perdre le réseau à Tigo

Selon des sources dignes de foi et nichées au palais, c’est le maître de céans lui-même qui a piloté de bout en bout l’opération qui a abouti au divorce avec Tigo. Et pour expliquer cette attitude de Me Wade, nos interlocuteurs affirment que le président de la République a été dopé et enthousiasmé par la manne récoltée lors de l’octroi de la licence de Sudatel (90 milliards de francs). « Grâce à lui (Ndlr : le Chef de l’Etat) une autre société de télécommunication a offert 125 milliards de francs, pour pouvoir bénéficier d’une nouvelle licence », ajoutent-ils. Une somme qui tombe comme une aubaine, au moment où l’Etat est à la recherche de liquidités pour payer ses fournisseurs et faire face à d’autres engagements. Une nouvelle donne qui va bientôt avoir comme corollaire la perte de son réseau par Tigo... Pressées de questions sur le nom, le siège de la multinationale qui a dégainé 125 milliards, nos sources n’ont pas voulu piper mot. Préférant nous demander d’attendre quelques jours voire quelques semaines. Un discours clair-obscur qui ne fera qu’alimenter les supputations sur une improbable implication de Karim Wade et Thierno Ousmane Sy dans ce dossier. Sans oublier les suites judicaires que cette affaire risque d’avoir, avec la volonté affichée par certains responsables de Sentel de saisir la justice, avec l’appui de la puissante maison-mère, la multinationale Millicon International Cellular.

Et maintenant ?

Malgré les apparences, tout porte à croire que Tigo n’a pas encore totalement perdu le réseau. Car des sources proches du dossier affirment que les responsables de Mic sont prêts à débourser jusqu’à 90 milliards de francs, pour ne pas perdre le très juteux marché sénégalais qui était sur le point de leur ouvrir d’autres débouchés dans la sous-région. Par ailleurs, les langues commencent à se délier sur l’attribution ou plutôt la réattribution de cette nouvelle licence de télécommunication. Y a-t-il eu appel d’offres ? Quand est-ce que le dépouillement a-t-il eu lieu ? Qu’elle est l’identité de la fameuse attributaire à hauteur de 125 milliards de francs ?

Sérigne Saliou Samb

(Source : L’Observateur, 4 novembre 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)